MENU
Londres sans voitures

Londres sans voitures

Nanjing Towers Stefano Boeri Architects

La Chine construit des immeubles-forêts

Un parc «crowdsourcé» au cœur de Bruxelles

06/02/2017 Comments (0) Architecture, Environnement, Immobilier

Un parc «crowdsourcé» au cœur de Bruxelles

Bruxelles aura sa «rivière verte». Et c’est Kristiaan Borret, le nouveau Maître Architecte qui le dit. En réalité, jamais une capitale n’a projeté de construire autant de nouveaux parcs dans le tissu urbain. Hormis les 9 hectares en chantier à Tour&Taxis, les futurs 8 hectares de «forêt habitée» du Mediapark à Reyers, l’extension du parc Josaphat et une série d’autres projets, la Région s’apprête à construire un nouveau parc en bordure du Pentagone, à la Porte de Ninove.

Ce projet, porté notamment par le bureau d’études Suède36, est le premier parc «évolutif» d’envergure de la capitale. Un espace vert de 2,5 hectares pensé et co-créé en concertation avec les usagers. «Nous avons déjà testé une approche de ce type avec le parc Marconi, à Forest, explique Christophe Mercier, architecte associé chez Suède36. Un travail participatif nous a permis de dessiner le parc en tenant compte des envies et des besoins des utilisateurs. Nous avons ainsi retiré les grilles, laissant le parc ouvert la nuit.»

L’intérêt du public a été tel que le bureau a réitéré l’approche à Molenbeek. «Ce lieu est depuis des années un chancre vide. Aujourd’hui, il est appelé à devenir un véritable poumon vert qui fera le lien entre les trois quartiers qui l’entourent», poursuit l’architecte. Après des ateliers participatifs menés avec les riverains en novembre dernier, les plans de ce nouvel espace viennent d’être validés par le gouvernement bruxellois. Le dessin du parc recherche ainsi une couverture végétale maximale. Une vaste prairie de plus de 170 m de long est aménagée au centre du parc. Autour de la prairie, un «cadre» accueille les différentes circulations et le mobilier. En jouant avec le relief, le cadre offre également de nombreuses îles végétalisées, traitées comme des jardins.

Réinjecter du dialogue

«Le dialogue avec les habitants a permis de mettre en valeur l’envie d’un véritable poumon vert, ouvert et libre d’accès. Avec un besoin de protection par rapport aux nuisances routières environnantes», explique l’architecte. La concertation a aussi fait ressortir l’importance de la présence de l’eau sur un site situé autrefois à l’intersection du canal et de la Senne. Avec la nécessité de révéler le tracé historique de l’écluse, enfouie 1,50m sous terre et présentant des niveaux de pollution trop importants pour être révélés en surface. Le dessin des différents anneaux est ainsi directement issu du relevé archéologique de l’écluse, permettant d’inscrire le parc dans l’histoire plus ancienne du site.

«L’approche participative est avantageuse, non seulement parce qu’elle permet de réinjecter de la démocratie dans l’urbanisme, mais aussi parce qu’elle permet de résoudre des questions clés, insiste Christophe Mercier: Qui va occuper le parc? Comment organiser le contrôle social? Quelles activités et quelle mobilité pourront y prendre place?» Le permis d’urbanisme sera introduit en juin pour que le parc puisse être aménagé durant le chantier actuellement en cours. Si le chantier se déroule comme prévu, le nouveau parc – en ce compris les voies du tram et la voirie – seront prêts d’ici fin 2018.

Parc Porte de Ninove ©  Suede36
Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply