MENU

Italie : l’architecture positive et généreuse au service du citoyen

Paris : une passerelle fluviale habitée et écologique

18/02/2021 Comments (0) Views: 100 Architecture, Autres, Immobilier

Lisbonne : la municipalité rend les appartements vides à ses habitants

Le tourisme étant actuellement au point mort et les locations de type Airbnb quasiment à l’arrêt, la ville elle-même devient locataire et reloue ensuite les logements à la population locale.

L’initiative de la municipalité offre ainsi aux propriétaires jusqu’à 1000 euros par mois pour louer les appartements à la ville pour une durée minimale de cinq ans. La ville sous-louera ensuite ces appartements aux habitants qui remplissent les conditions requises pour obtenir un logement abordable. Les loyers réclamés par la ville seront plafonnés à un tiers des revenus du locataire.

L’idée résout deux problèmes à la fois : elle permet de trouver une utilisation aux appartements désormais vacants tout en alimentant avec des logements abordables un marché immobilier devenu coûteux. Et si 1 000 euros représente moins d’argent que ce que certains de ces propriétaires auraient pu obtenir du tourisme, Lisbonne parie que le flux de revenus garantis sur cinq ans en motivera quand même beaucoup.

© Vesela Vaclavikova

L’ambition : convertir 20 000 appartements

Jusqu’à présent, près de 200 propriétaires se sont inscrits. “Nous devons changer de cap“, a déclaré le maire Fernando Medina au Guardian. “Cela devrait changer la façon dont le marché du logement fonctionne ici dans la ville“. La municipalité de Lisbonne a déjà provisionné 4 millions d’euros, pour cette première année de subventions.

Depuis quelques années, de nombreuses villes constatent qu’une prolifération de locations d’appartements à court terme destinées aux touristes par le biais de plateformes comme Airbnb fait augmenter le coût des logements pour les habitants et dégrade le caractère des quartiers historiques.

L’initiative de Lisbonne, qui avait déjà été entamée avant la crise de 2020, a été saluée par de nombreux observateurs. Luís Mendes, un géographe membre de la plateforme citoyenne Living in Lisbon, a souligné que les récents événements « ont mis en lumière les déséquilibres en matière de logement à Lisbonne. Nous avons maintenant une mairie qui a proposé un projet intéressant et qui est consciente que le fait d’avoir un toit est un droit humain fondamental. »

D’autres villes, comme Vancouver, Barcelone, Amsterdam ou Venise, ont entrepris des initiatives similaires, avec des résultats tout aussi encourageants.

Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply